Visite à Aubechies

 

 

 

 

 

 

 

Latin et grec. Compétence 3 : Communiquer par écrit ou oralement une synthèse personnelle relative à un aspect spécifique et significatif de la civilisation GRECO-LATINE (Classes de 3mes langues anciennes)

 

Mercredi, nous avons pris la route d’Aubechies (40km), près de Beloeil. En quoi cette visite avait-elle un rapport avec notre cours de latin ou de grec ? Ce village est bien sûr connu  pour son célèbre « Archéosite ». Si tu as été bien attentif lors de la visite et si tu lis bien le résumé ci-dessous, tu pourras remplir la grille de mots-croisés (mot mystère) et, peut-être, gagner un livre !

 

Clique sur l'image ci-dessous pour voir l'album photos de cette belle journée !

 

 

 

 

Clique maintenant sur l'image ci-dessous pour voir les principaux édifices reconstitués à l'Archéosite.

 

 

Description sommaire de notre visite 

 

L’introduction

 

Un petit film nous rappelle les grandes époques de la préhistoire et de l’Antiquité : Paléolithique, Mésolithique, Néolithique, Age du Cuivre, Age du Bronze, Age du Fer...

 

La « domus Romana »

 

Il s’agit de la reconstitution d’une « maison » gallo-romaine du IIème siècle PCN. avec ses principales caractéristiques (hypocauste, péristyle, impluvium, toiture…) Les matériaux provenant d’anciennes constructions de l’époque. Elle abrite aussi un musée de la préhistoire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les habitations anciennes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l’intérieur-même de l’Archéosite, nous avons visité plusieurs types d’habitats du passé. Retenons les maisons gauloises (100 ACN).

Ce sont des types d’habitations « unifamiliales » en torchis. Leur plan est carré : 8,5 X 8,5 m.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La nécropole

 

Durant l’époque romaine, les nécropoles parsèment les campagnes. Le cimetière situé au lieu dit du « Camp romain » à Blicquy a livré plus de 500 tombes. Les monuments étaient habituellement dotés d’une épitaphe gravée. Parfois, une apostrophe du défunt est destinée aux passants : AVE VIATOR (Bonjour passant !)  … SALVE VIATOR (Au revoir passant !).

 

Les monuments plus riches comportaient des scènes sculptées présentant le défunt seul ou accompagné de sa famille, auxquelles pouvait être ajoutées des scènes représentatives du métier que le défunt exerçait.

 

Ils permettront d’aborder de nombreux thèmes de visite : les coutumes funéraires, les croyances et la mythologie, l’habillement et la coiffure, les concepts familiaux romains et les statuts juridiques, le mobilier, l’architecture, l’artisanat, l’agriculture, etc.

 

Peu de nécropoles funéraires gallo-romaines demeurent intactes. La nécropole d’Aubechies se compose de 16 monuments funéraires reconstitués d’après divers originaux conservés aux musées archéologiques d’Arlon et Trèves.

 

 

Le « fanum »

 

 

Le temple gallo-romain a été reconstitué grâce aux recherches menées sur le sanctuaire gallo-romain de Blicquy (Leuze). Dimension : 20 x 20 m.

 

Le sanctuaire proprement dit couvrait une surface d’environ 120 x 100 mètres, délimitée par un muret d’enceinte. Un bâtiment d’entrée permettait aux pèlerins d’accéder à l’espace sacré. Un chemin dallé menait directement au « fanum »,   élément principal du sanctuaire.

 

 

Après avoir sollicité la ou les divinités ou après avoir déposé une offrande, le pèlerin pouvait ensuite se rendre dans les autres parties du sanctuaire en suivant d’autres chemins dallés.

 

 

De part et d’autre de l’espace sacré, deux galeries à colonnade permettaient aux pèlerins de s’abriter des intempéries et servaient également de lieu de banquet et de repos.

 

 

A environ 70 mètres de l’entrée du sanctuaire s’élevait un théâtre pouvant accueillir près de 6000 spectateurs. Cet édifice servait de cadre à des manifestations religieuses mais aussi peut-être à des représentations plus divertissantes.

 

Le bâtiment central, la « cella », correspond à la demeure de la divinité et a pour principale fonction d’abriter la statue du Dieu. Autour de la cella, une galerie ouverte permettait d’accueillir d’autres divinités et abritait également les pèlerins.

 

 

Sa reconstitution est notamment basée sur des monuments conservés, ainsi que sur des éléments trouvés en fouilles. Les techniques de construction employées pour cette reconstitution sont identiques à celles de la villa.

 

A l’intérieur de la cella, il y a quatre statues de divinités : Mars, dieu de la guerre et protecteur des foyers, Mercure, dieu du commerce et des voyageurs, Vénus portant des grappes de raisins, et Minerve.

 

Sur le sol, on aperçoit différents types d’offrandes comprenant de la vaisselle (offrandes alimentaires), des cruches (offrandes liquides comme le vin), des monnaies, des dédicaces, des statuettes, etc.

 

         La « uilla »

 

Apparue en Gaule septentrionale vers la deuxième moitié du Ier siècle ACN, la villa gallo-romaine est avant tout un domaine agricole (« uilla rustica ») adapté à un mode économique local basé essentiellement sur le monde rural.

 

C’est un instrument privilégié du développement de la production agricole et des échanges commerciaux mais aussi une forme d’élitisme se traduisant par un mode de vie d’influence méditerranéenne.

 

Cette construction possède un plan typique muni d’une galerie de façade.

La villa reconstituée à Aubechies comprend l’ « oecus » (pièce de réception) et plusieurs annexes.

 

Les pièces sont décorées de fresques, de plusieurs mosaïques et sont meublées de répliques de meubles d’époque.

 

 

 

La galerie à colonnade

 

 

 

Au sein du sanctuaire, cette construction était destinée à recevoir les pèlerins pour l’organisation de banquets rituels.

 

Les techniques de construction sont identiques à celles utilisées pour le fanum et la villa. Le plan de base, calqué sur les vestiges du sanctuaire de Blicquy, offre déjà une idée de la monumentalité que devait revêtir le complexe religieux du sanctuaire de Blicquy.

 

 

Les ateliers

 

Au cours de notre visite, deux activités étaient proposées en alternance. Pour rappel, en voici les détails :

 

 

  1. La découverte du feu.

 

En rappelant les différents stades évolutifs de l’espèce humaine (australopithecus, homo habilis, homo erectus, homo sapiens, homo sapiens sapiens), un animateur t’a expliqué de la façon la plus exacte possible comment l’homme a su découvrir et domestiquer le feu, depuis le paléolithique (silex, marcassite, pyrite, amadou et pompe).

 

  1. La forge.

 

 

Dès le VIIème siècle ACN, le travail du fer apparaît suite à la mise au point des techniques d’extraction et de réduction de métal.

Le forgeron façonne ses objets par martelage d’un lingot de fer. Dès la sortie du foyer, le forgeron martèle la pièce et la forme à l’aide d’un marteau.

 

 

 

Après plusieurs passages au feu, la pièce est ensuite trempée à l’eau afin de modifier la texture du métal. Dès l’Age du Fer, de nombreuses pièces d’armement et d’outillages ainsi que divers objets utilisés dans la vie quotidienne étaient régulièrement fabriqués.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                  PETIT CONCOURS ...

 

 

 

 

Pour prolonger notre visite de l’Archéosite, nous te proposons de résoudre cette grille et d’essayer de trouver le mot-mystère placé verticalement ! Ce travail est à remettre à ton professeur de latin ou de grec pour le prochain cours. N’oublie pas la question subsidiaire !

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Boisson fabriquée par les Gaulois et obtenue par fermentation du miel dans de l’eau.

  2. Déesse dont la statue se trouve dans le temple reconstitué à Aubechies. On la priait pour obtenir la fertilité.

  3. En Gaule, édifice religieux consacré au culte d’une divinité.

  4. Synonyme de bains dans l’antiquité.

  5. Nom de la commune voisine d’Aubechies où on a retrouvé les vestiges d’un sanctuaire gallo-romain.

  6. Amas artificiel de terre élevé au-dessus d’une sépulture.

  7. Dans les maisons romaines, bassin placé au milieu de l’atrium destiné à recevoir les eaux de pluie.

  8. Système permettant la suspension des marmites au-dessus du feu dans la maison gauloise.

  9. Nom latin d’une tuile plate et rectangulaire.

  10. Endroit vaste où sont disposées des sépultures.

  11. Salle à manger, généralement à 3 lits, de la maison romaine.

  12. Pièce principale de la maison romaine.

  13. Science qui étudie les inscriptions gravées sur la pierre, la céramique, etc.

 

 

 

 

 

 

Question subsidiaire :

Combien de temps (en secondes !) a-t-il fallu à Monsieur Dupuich pour parcourir à pied le chemin entre le bureau d’accueil du site et le temple (par l’itinéraire le plus court)

……………… secondes.

 

Accueil